L'arrêt du tabac

Publié le par Rico

Je parle, ici, de mon expérience personnelle en ce qui concerne mon arrêt du tabac.
J'en parle parceque cette démarche, très importante pour moi, est à l'origine de mon intérêt pour la nage de longue distance.
Dans cet article, il n'est pas question de vouloir essayer de convaincre les lectrices et les lecteurs d'arrêter de fumer en donnant des solutions miracles. Il s'agit plutôt, à travers mon vécu, de partager une expérience personnelle en donnant mon point de vue sur la question.
De la même façon, n'attendez pas que je vante tel ou tel mérite ou bienfait des conséquences du sevrage de la cigarette. J'invite plutôt les fumeuses et les fumeurs qui ont envie d'arrêter à réfléchir, ou se réfléchir, pour mieux se débarrasser de la clope et, accessoirement, économiser beaucoup d'argent ! 
 
En août 2007, je prenais des vacances (bien méritées) avec ma petite famille dans le Périgord. Ce séjour, placé sous le signe de la détente (totale), me permit de faire le point sur moi même et de découvrir les vacances dans la peau d'un papa comblé. C'était la première fois que nous étions réunis, tous les trois, mon fils, mon épouse et moi même, loin du boulot et du train-train quotidien. C'est à ce moment que naquit en moi l'idée d'arrêter la clope.
Mince, la quarantaine approchant, un petit bout de chou de 8 mois et une femme exceptionnelle, il faut mettre toutes les chances de son côté pour que ça dure le plus longtemps posssible ! Et puis une petit voix qui me disait...: " Il aura 20 ans quand tu en auras 57, tu traines presque 20 ans de tabagisme derrière toi (hé oui quand même ça fait peur hein?) Non. Soyons sérieux, Il faut que tu sois là quand il aura besoin de toi,et, tant qu'a être là, autant que je sois dans le meilleur "état" possible. Donc ..Stop.. on arrête..."
Et voilà, le 19 août 2007, je fume ma dernière clope.
L'arrêt du tabac, pour moi, a toujours été synonyme de la fin et du début de quelque Dans la pratique, il n'est pas  question de trouver un artifice quelconque pour pallier au manque du tabac. Les patches, gommes à macher ou traitement génial tout droit venu des states, même si ils sont sans doute efficaces, ne correspondent pas du tout à l'idée que je peux me faire de la meilleure thérapie pour se désolidariser de ce poison. On décide d'arrêter et on arrête... Point barre. Et SURTOUT, on n'en parle à PERSONNE. Désolé d'être cinglant, mais je trouve profondément ridicules les gens qui arrêtent de fumer et qui le claironnent aux 4 vents. D'abord c'est le meilleur moyen pour se mettre une pression monumentale (ben oui, il manquera jamais l'habituel emmerd... pour vous bassiner avec son "alors tu tiens le couuuuup ??!!" ), ensuite, qu'on le veuille ou non.. ça fait pas crédible. Les gens qui en parlent tout le temps, en fait, ne pensent qu'à ça. Et c'est asez dificile comme démarche pour, en prime, s'entourer d'une foule de témoins pour commenter le "sevrage".
 Je pense que l'arrêt du tabac est quelque chose de très personnel, presque intime, une décision profonde, mûrie, sérieuse et irrévocable. On doit passer du statut de fumeur, à celui de non fumeur, sans concession ni effet de communication inutile...
Pour ce qui concerne les effets secondaires tels que le, soi disant, excès de nervosité ou la prise de poids, je suis convaincu que la pratique (bien encadrée)  d'un sport est un moyen radical et TRES efficace pour oublier rapidement la fumée.
Essayez et vous verrez ....
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article