Pourquoi la Nage avec Palmes ?

Publié le par Rico

Le choix de la pratique intensive  d’un sport s’est posé quelques temps avant mon arrêt du tabac. Le désir de me lancer dans la compétition à plus de 35 ans n’étant déjà pas une mince affaire, c’était d’autant plus compliqué si, en plus, je continuais à fumer près d’un paquet et demi de cigarettes par jour.

L’arrêt de la clope a forcément accéléré le processus.

Depuis quelques temps déjà, j’avais envisagé de me lancer dans une activité sportive qui soit complète et exigeante sur le plan physique. Un temps, je m’étais questionné sur l’opportunité de faire des matchs de boxe dans la catégorie vétéran, mais, même si j’avais une bonne base dans cette discipline, mon manque de technique m’aurait forcément envoyé au casse pipe. En tout cas, une chose était sûre, j’avais besoin de quelque chose pour me surpasser. Les sports mécaniques auraient pu m’apporter ce que je cherchais, mais j’avais compris depuis fort longtemps que cette passion dévorante (surtout pour le portefeuille) m’avait plus apporté sur le plan de ma vie sociale que sur le plan purement sportif.

Je me suis alors souvenu d’une expérience que j’avais faite l’été précédant mon mariage. Pour perdre du poids, j’avais fait énormément de sport, notamment de la natation en piscine. Un après midi, j’avais rejoins des amis qui pêchaient sur les rochers près de la plage. Je m’étais alors lancé le défi de parcourir une distance de 1km 500 avec des palmes. J’avais réussi mon pari et j’avais gardé de cette expérience un très agréable souvenir. Nager dans les vagues, dans une eau plus trouble et plus froide que la piscine c’était totalement différent, et j’avais trouvé, en prime, que c’était un excellent moyen pour se sentir en osmose avec ce milieu naturel.

Voilà une idée qui était séduisante : pratiquer un sport qui soit assez physique et qui, en prime, ait un lien avec l’environnement marin. Restait à savoir si la nage en mer existait en tant que discipline sportive, et si il y avait un moyen, à la quarantaine bientôt sonnante, de pouvoir la pratiquer en « compète ».

C’est en cherchant sur internet que je trouvais mes réponses : la nage en eau libre, et notamment la nage avec palmes (NAP).

Je fus totalement séduit par ce concept qui me permettait, d’abord, de reprendre une activité physique, ensuite de profiter de la proximité géographique avec la méditerranée pour pratiquer ce sport.

Aujourd’hui, je pense que la NAP ne présente pas que les avantages cités ci-dessus. Je crois en fait que, comme pour toutes les activités ludiques liées à la mer, la NAP réunit des passionnés qui se respectent et qui respectent le milieu dans lequel ils s’affrontent, si on peut réellement parler  «  d’affrontements » dans ce sport. En gros, tous ces amoureux de la mer abordent cette discipline avec beaucoup d’humilité. Les épreuves de NAP, même les plus difficiles, sont très conviviales et les sportifs qui s’y retrouvent ont rarement la grosse tête. Au contraire, il y existe dans ce milieu un réel sens du partage, de respect et une fraternité que l’on trouve rarement dans d’autres disciplines sportives qui demandent un aussi grand engagement physique, et psychique.  Pour avoir participé à certaines épreuves de course à pied ou à des évènements majeurs dans les sports mécaniques, je peux faire la comparaison et je sais, à peu près, de quoi je parle. On dira rarement d’un nageur qu’il a fait une traversée en quelques dixièmes de moins qu’un autre. On dira simplement qu’il l’a fait …

La NAP s’adresse vraiment à toutes et tous, sans distinction d’âge. Pour pratiquer ce sport il faut, certes, de l’entrainement, mais la patience, l’amour de la mer et l’humilité sont de sérieux éléments pour apprendre et pour progresser.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article